QUI EST GEORGE W. BUSH ?

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 L'HOMME QUI DEVINT PRESIDENT

 

Ce que je vois sur Bush. Bush est un être manipulé par des individus qui, à son insu, mènent une politique visant à déstructurer complètement le Moyen-Orient voire le détruire et tout cela dans un seul but : Aider à la réalisation du Grand Eretz Israël pour les uns... s'enrichir personnellement pour les autres en faisant du business au travers de divers trusts tant pétrolifères que de l'armement en passant par le pharmaceutique. La panoplie est large mais les uns comme les autres sont titillés soit par un intérêt personnel soit par l'Amour d'une Nation et par le serment qu'ils lui ont prêté.

A l'oeil nu, il y a des tas de "détails" qui peuvent vous échapper. Pour comprendre les évènements et suivre le cours qu'ils prennent, il faut se mettre à la place de ceux qui les créés. Se mettre à la place de Bush est très facile mais il est beaucoup plus difficile de se mettre à la place de ceux qui tirent les ficelles de la politique bushienne pour la simple raison que, pour la plupart, ce ne sont pas des individus qui apparaissent sur le devant de la scène. Ils sont dans les coulisses... ceci dit, par nos méthodes de déplacements astraux, il nous est possible de les localiser... de percevoir leurs formes et les pays où ils gravitent. Saisir leurs ondes est donc notre but. En saisissant leurs ondes, on saisit aussi leurs plans et cela nous permet d'anticiper sur leurs actions.

Il faut d'abord savoir que la "chute de Clinton" est aussi leur oeuvre. Il fallait discréditer Clinton pour que Bush fils prenne sa place. En vous promenant un peu sur le Net, vous découvrirez vite que Bush ne possède absolument pas le QI pour être le président du pays le plus puissant du monde. Nous ne portons ici aucun jugement sur le bonhomme, nous constatons simplement et empathiquement, nous pouvons dire qu'il est aisé de deviner George W.

Fils à papa, il n'a jamais brillé dans ses études et il est même possible d'affirmer que s'il a été à Yale, il le doit au coup de pouce de papa. Il était plus prompt à rigoler et à s'amuser qu'à étudier. Nous signalerons au passage que George W  Bush est du signe du Cancer dans l'astrologie occidentale. Un signe introverti et plus ou moins inhibé. Il a du exaspérer son père plus d'une fois par son tempérament lymphatique ou porté à la rigolade. La nature de George W. est ainsi faite. Il y en a qui sont fait pour être studieux et d'autres non. Nous dirons même qu'il a longtemps cherché sa voie, ne sachant laquelle prendre et que s'il s'est finalement trouvé à un certain moment à faire de la politique c'est que d'obscures instances ont veillé à ce que cela se fasse dans le but de le manipuler un jour à leurs propres fins.

Imaginez que vous soyez quelqu'un qui aime le farniente, ne pas trop réfléchir, ne pas trop se fatiguer et que demain quelqu'un vous dise : "Je vais faire de toi le Gouverneur d'un Etat" pour commencer... "Tu n'auras aucun souci à te faire, tu seras bien payé pour accomplir cette tâche et même si tu ne connais rien en politique, nous tes amis, nous t'indiquerons comment il faut faire." A peu de chose près, nous pouvons vous assurer que cela s'est passé ainsi pour George W.

Gouverneur d'un Etat est une chose, devenir Président une autre... mais quelle embellie, si cela se réalise, pour tous les vampirens gravitant autour de lui. Car il faut bien savoir qu'hormis l'ombre de son père planant au-dessus de lui, il y a surtout les amis de papa qui eux gravitent dans le monde du business et de la politique depuis des décennies... Cheney, Rumfsfeld, Condoleeza Rice... et les amis des amis de papa...  Wolfowicz, Perle, Libby et d'autres encore chacun poursuivant un but bien précis. Nous reviendrons sur chacun de ces personnages plus tard. Dans l'immédiat, restons sur Georges W... il est sûr et certain qu'il du y avoir des grincements de dents à la maison quand on vit que le fiston ne prenait pas vraiment la route que l'on aurait voulu pour lui. Ce dernier aimant davantage la fête que les études. Pour fuir sa condition humaine, George W  eut donc recours à des expédients, drogues et alcool, auxquels il s'adonna jusqu'à l'âge de 40 ans... l'alcool et la cocaïne s'ils sont consommés régulièrement entraînent des carences dans le cerveau. S'est-il fait soigné comme tout consommateur assidu de ces substances ? Il y a fort à craindre que  non. Il y a eu un sevrage plutôt net.

Ce sevrage s'est produit à l'âge de 40 ans. Par l'intermédiaire de Dieu dit-on... mais plus sûrement par l'intermédiaire de Billi Graham  qui lui non plus n'est pas arrivé par hasard dans la vie de George W  Bush... ce célèbre prédicateur évangélique qui sévit aux  USA fut même l'éminence grise de plusieurs hommes d'Etat. Il y a donc longtemps qu'il gravite, lui aussi, dans les coulisses du pouvoir et qu'il en connait les ficelles. Et si George W. a rencontré Billy Graham  c'est que quelqu'un lui a fait rencontrer. Rien n'est dû au hasard dans la vie du président actuel des Etats-Unis... tout a été savamment préparé, calculé... prémédité. Son élection, déjà, a été truquée. Toutes les machines électroniques appartiennent à un grand ponte du parti républicain et ami personnel de George W  Bush... 'Ne t'occupe de rien Georgie... laisse nous faire..."

Il est bien évident que George W  Bush n'est pas au courant de toutes les magouilles pour la simple raison que vu ses antécédents de drogué et d'alcoolique, ils ne lui font pas confiance. On lui souffle donc ce qu'il doit dire. Et s'il demande des explications, on lui en donne mais pas les bonnes. Et nous possédons  mille preuves de ce que nous avançons. Il y a déjà un détail qui frappait au début de sa présidence c'est la proximité de Rumsfeld. Il veillait sur George W  sans cesse et pour cause, il avait toujours peur qu'il fasse une gaffe. Ce fait est d'ailleurs flagrant sur plusieurs photos.

Les entités qui gravitent donc autour de Bush ont réussi l'extraordinaire tour de force de lui faire croire qu'il était l'Elu de Dieu. Et comment ne pourrait-il pas le croire ? A-t-il jamais rêvé le joyeux fêtard, noceur, épicurien qu'un jour il serait président des Etats-Unis ? Non. C'est même quelque chose qui ne lui a jamais effleuré l'esprit. Il s'est entendu dire tant de fois par son propre paternel qu'il n'arriverait jamais à rien. Et puis voilà que tout à coup, tout devient possible. "Si tu arrêtes de boire Georgie... si tu arrêtes la drogue... si tu prends la voie du Seigneur, il te confiera une grande Mission... et pourquoi pas président des Etats-Unis ? Ne serait-ce pas une formidable revanche pour toi ? Et peut-être pourrais-tu faire mieux que ton père, qui sait ? En ce qui concerne l'Irak notammment ?" Nous schématisons bien sûr mais grosso modo c'est ainsi que les choses se sont passées. Il suffit de mettre une lumière au fond du cerveau de quelqu'un pour qu'il s'y accroche et pour qu'il y croit. Et il y a cru. Il y avait bien sûr ses déboires, ses mauvaises fréquentations et sa vie passée... mais les anges gardiens qui veillaient sur lui ne lésineraient pas dans les moyens employés.

Il fallait à ces hommes de l'Ombre, une bonne marionnette... quelqu'un de pas très brillant et qui ne pose pas trop de questions... mais surtout quelqu'un qui ait un passé suffisamment lourd pour se glisser dans la peau du personnage sans rechigner et moyennant de grands privilèges...

Arrivée à ce stade de notre "vision", nous nous permettons de poser un extrait de texte :

"...nous remplaçâmes le souverain par sa caricature en la personne d'un président tiré par nous de la foule et choisi parmi nos créatures et nos esclaves.

Des présidents responsables réduits au rôle de pantins

Pour arriver à de tels résultats, nous prendrons nos mesures, afin qu'on nomme des présidents ayant à leur passif un scandale comme le « Panama< », ou quelque autre affaire louche du même genre. Un président de cet acabit sera le fidèle exécuteur de nos plans, parce qu'il craindra d'être découvert, et sera dominé par cette peur qui s'empare toujours d'un homme parvenu au pouvoir et qui désire vivement conserver les privilèges et les honneurs que lui confère sa haute charge. La Maison des Représentants élira, protégera et masquera le président ; mais nous retirerons à cette chambre son pouvoir d'introduire et de modifier les lois.

Nous donnerons ce pouvoir au président responsable, qui sera comme une marionnette entre nos mains. Le pouvoir du président deviendra, en pareil cas, une cible exposée à toutes sortes d'attaques, mais nous lui donnerons un moyen de défense dans son droit d'appel au peuple par-dessus la tête des députés de la nation, c'est-à-dire qu'il en appellera directement au peuple composé de nos esclaves aveugles - la majorité de la populace.

Contrôle de la législation

 Il est clair que, dans de telles conditions, la clef de la situation intérieure sera entre nos mains, et nul autre que nous ne contrôlera la législation.

Pour une nouvelle Constitution démocratique

De plus, quand nous instaurerons la nouvelle Constitution républicaine, sous prétexte de secret d'État, nous priverons la Chambre de son droit de discuter l'opportunité des mesures prises par le gouvernement. Par cette nouvelle Constitution, nous réduirons également au minimum le nombre des représentants de la nation, diminuant ainsi du même coup, d'un nombre équivalent, les passions politiques, et la passion de la politique. Si, en dépit de tout, ils se montraient récalcitrants, nous supprimerions les derniers représentants en faisant appel à la nation. Le président aura la prérogative de nommer le président et le vice-président de la Chambre des députés et du Sénat. Nous substituerons aux sessions permanentes des Parlements des sessions de quelques mois seulement. En outre, le président, comme chef du pouvoir exécutif, aura le droit de convoquer et de dissoudre le Parlement, et, en cas de dissolution, de différer la convocation d'un nouveau Parlement. Mais, afin que le président ne soit pas tenu pour responsable des conséquences de ces actes, à proprement parler illégaux, avant que nos plans soient parvenus à maturité, nous convaincrons les ministres et les autres hauts personnages officiels qui entourent le président, de dénaturer ses ordres en lançant des instructions à leur guise, ce qui les obligera à assumer une responsabilité qui incombait au président. Nous recommanderions, tout particulièrement, de confier cette fonction au Sénat, au Conseil d'État ou au Conseil des Ministres, mais non à des individus. Sous notre direction, le président interprétera les lois qui pourraient être comprises de plusieurs manières.

De plus, il annulera les lois au cas où cela nous paraîtrait opportun. Il aura également le droit de proposer de nouvelles lois temporaires et même des modifications dans l'oeuvre constitutionnelle du gouvernement, invoquant pour cela les exigences de la prospérité du pays.

De plus, nous conférerons au président le pouvoir de proclamer la loi martiale. Nous expliquerons cette prérogative par le fait que le président, étant le chef de l'armée, doit la tenir sous son autorité pour protéger la nouvelle Constitution républicaine ; il doit sa protection à cette Constitution dont il est le représentant responsable."

Cet extrait est tiré du dixième protocole des sages de Sion dont on nous rabâche depuis plus d'un siècle que c'est un faux. Relisez attentivement cet extrait et voyez s'il n'est pas en concordance avec ce qu'il se passe actuellement aux Etats-Unis... mais pas que chez eux, avons-nous envie d'ajouter... nous allons poser sous peu les Protocoles décryptés et vous prouver que tout ce qui a été écrit voilà plus de cent ans est en train de se réaliser. Serait-ce un livre prophétique ? Ou alors un plan soigneusement élaboré par une Société Secrète ? Nous connaissons la réponse. Et en préambule nous dirons simplement que les Protocoles des Sages de Sion a été mise en certaines mains dont celles d'Adolf Hitler pour nuire au Peuple Juif en premier lieu et à tous les autres peuples ensuite...

        

Adriana Evangelizt

Publié dans GEORGE W. BUSH

Commenter cet article