Le meurtre d'Ilan, suite...

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Pour Ilan, nous approchons du dénouement

 

Il s'avère que certaines de mes prédictions au sujet du meurtre d'Ilan s'avèrent justes. La police a donc procédé à une dizaine d'arrestations. Comme je le disais, cela n'a pas traîné. J'avais notamment dit sur l'article "Un crime horrible" qu'il se pourrait "qu'une jeune femme, prise de remords dans un moment de lucidité regrette tout cela et parle... le manque est souvent révélateur dans ce genre de situation." Et c'est bien une jeune femme qui est venue dénoncer la chose. C'était couru d'avance. Lorsque j'ai vu son visage sur le portrait robot, j'étais certaine qu'après coup, elle éprouverait du remords. Pour moi, nous avons affaire là à des drogués.

Le grand silence de la police dans cette histoire ne fait que me conforter dans l'idée que ce crime est aussi "idéologique"... à la base ils ont ciblés des personnes. Pas n'importe lesquelles. Le prénom Ilan m'a fait penser qu'il s'agissait d'une personne de confession judaïque. Je pense aussi que les individus qui ont projeté ce forfait sont musulmans pour la plupart. Des extrêmistes. Mais il faut savoir que chez les gens qui se droguent, les idéologies peuvent se muer en idée fixe qui tournent souvent en dérives et dérapages incontrôlés.

Je cite un exemple... X est en colère contre certaines injustices. Il voit que tout le monde s'en fout. Une colère sourde gronde au fond de lui. Il se demande comment faire pour faire bouger les choses. Si c'est un individu raisonnable, il luttera à sa manière. Certains font des sites, militent, s'engagent dans une cause. Chose normale pour lutter contre l'oppression. Mais admettons que X soit un adonné de certaines substances... qu'il y soit accro. L'idée fixe va devenir une obsession. Il va échaffauder les pires plans. Et essayer de les mettre à exécution. Pour ce faire, il ne peut pas travailler seul. Il va donc recruter. Et où recrute-t-il ? Dans le milieu qu'il fréquente. Un milieu toxicomane.

Je me permettrais ici de dire que ce n'est pas un milieu fiable. Loin s'en faut. J'ai moi-même, dans ma jeunesse, fréquenté le milieu du grand banditisme. Les grands voyous ne font jamais confiance à deux sortes d'individus dans leur milieu : les proxénètes et les gens qui sont dans la drogue, dealers ou trafiquants. Les uns comme les autres, dès qu'ils se font serrer par la police, balancent automatiquement. Les toxicomanes, en particulier, sont beaucoup plus fragiles que les autres psychologiquement. Il faut imaginer des heures d'interrogatoire alors que les flics balancent la fumée dans la tête de "l'interrogé". Ca c'est pour lui mettre la pression. Le but du jeu étant qu'il faut qu'il parle. On met donc ses nerfs à vif. Jusqu'à ce qu'ils perdent les pédales. Ajoutez à cela la lumière crue d'une lampe en plein visage, la fatigue... les promesses bien entendu. "Si tu parles, on s'en souviendra. Tu seras peut-être libre..." A un moment donné, il craque.

Pour ce qui est de la jeune femme qui s'est présentée spontanément au commissariat de police, dixit la presse... "L'affaire, selon cette source, a connu un développement rapide depuis jeudi matin lorsqu'une jeune femme blonde correspondant à un portrait robot diffusé d'une suspecte ayant servi d'appât, s'est rendue au commissariat de Montrouge (92). La jeune femme a alors expliqué aux policiers s'être reconnue dans le portrait robot. Elle a avoué avoir attiré des jeunes garçons, précisant qu'elle ne savait pas ce qui risquait de leur arriver. Elle a été placée immédiatement en garde à vue à la brigade criminelle à qui elle a fourni les noms des membres présumés du gang."

La presse tenant ces informations d'une "source policière" qui en dit un peu sans en dire trop pour ne pas fausser l'enquête ni "alerter" le public sur de graves dérives... examinons à la loupe le peu qui nous est divulgué...

La jeune femme s'est reconnue dans le portrait robot. Elle a avoué avoir attiré des jeunes garçons en précisant qu'elle ne savait pas ce qui risquait de leur arriver. On en revient à ce que je disais ICI... en parlant des jeunes femmes qui servent d'appât, je dis "Où alors elles font ça contre quelque chose. De la drogue peut-être." ainsi que "Et sûrement fournissent-ils la drogue aux filles. En échange, elles servent d'appât. Pour elles, c'est un jeu. L'essentiel étant qu'elles aient leur dose. Une sorte de chantage où tout le monde trouve son compte." Il est tout à fait certains que les organisateurs de ces monstruosités n'ont pas dit la vérité aux demoiselles. Pas à toutes en tout cas.  Mais il est clair aussi qu'elle les connaissait bien tous puisque "elle a fourni les noms des membres présumés du gang." Tout comme il est clair qu'elle n'a pas fait ça pour rien. La drogue me paraît être le seul mobile. La dépendance à la drogue entraîne les pires folies. Malheureusement. Et j'entends par drogue, les drogues dures ou produits dérivés qui sont un poison pour le cerveau et la santé en général.

Par ailleurs, "Le leader présumé du gang identifié par les enquêteurs n'a pas été interpellé et est actuellement en fuite, selon la même source."  Il y a fort à parier qu'il a déjà quitté la France. J'opterai assez pour la Suisse... ou la Belgique et je le vois avec une femme dans une voiture qui roule très vite. C'est du moins vers là qu'il a l'intention d'aller...

En tout cas, je me permettrais d'ajouter que la décadence de notre société montre bien l'influence néfaste qu'elle a sur certains individus. Car comment un être équilibré peut-il prendre plaisir à torturer et à faire souffrir un innocent pour défendre une cause ou même pour rien ? Où va-t-on là ? Qu'est-ce qu'ils ont dans la tête ces gens ? Nous assistons à une déliquescence des valeurs qui fait commettre le pire. Mes pensées vont à cette jeune victime morte pour rien. Qui a du souffrir le martyre sans comprendre ce qui lui arrivait. Les assassins seront vite retrouvés. Et je serai le père ou la mère de mon enfant massacré, il ne vaudrait mieux pas que les meurtriers se trouvent en face de moi. Ils passeraient un sale quart d'heure.

Adriana Evangelizt

Publié dans Enquête criminelle

Commenter cet article