Fofana en sursis...

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Alors comme je le disais hier, Youssef Fofana n'est pas encore en France, s'il y arrive. Et de surcroît, ils l'ont mis dans la prison où l'on ne compte plus le nombre d'évasions spectaculaires. La Maca est connue pour cela et avec la complicité des gardiens, la plupart du temps. Il ne faut pas perdre de vue que la Côte d'Ivoire n'est pas la France. Même si nos prisons sont loin d'être au norme pour la plupart -et je suis visiteuse donc je sais de quoi je parle- le personnel pénitentiaire dans notre pays exerce sa profession avec davantage de "sérieux". Sous-entendu que l'on ne s'évade pas des geôles de France en soudoyant les gardiens. Même s'ils rendent des petits services, ils ne vont pas jusque là. Et je souris en écrivant ces lignes, car je pourrais écrire des romans sur la question...

Pour ce qui est de la Maca, il faut savoir qu'en 2005, il y avait 105 "agents" pour 5416 détenus. Quand nous lisons le document des Nations Unis  à partir de l'article 27, on a tout compris. Là où il ne devrait y avoir que  1500 détenus, il y en a plus de 5000. On laissera de côté l'hygiène, la nourriture, la promiscuité et autres "détails" qui donnent une idée de l'application des droits de l'homme.

Fofana, lui, a de la chance, "Youssouf Fofana y bénéficie d'une cellule individuelle, dans un quartier réservé aux personnalités"  et ailleurs peut-on lire : "Mais comme sa situation constitue un cas spécial, il a été acheminé dans la cellule des assimilés, réservée aux détenus aisés où il pourra bénéficier d'une chambre individuelle», les choses sont donc bien claires, pour être bien "logé", il faut avoir de la monnaie. Ce qui est le cas du "cerveau". Bénéficie-t-il d'aides financières extérieures ou avait-il de l'argent sur lui, lors de son arrestation ? Sûrement les deux mais en attendant, il vit comme un prince en tôle et même mieux : "M. Fofana a fait plusieurs demandes auprès de la direction de la prison pour pouvoir recevoir des journalistes de la presse internationale dans sa cellule." Pourquoi se priver ? Comme je le disais en bas de mon article La fin de la cavale, il est du signe du Lion. Ego démesuré et boursuflure du moi en font un bon cabotin qui ne mesure même pas le danger auquel il s'expose en demandant à recevoir des gens dans sa cellule. On a comme l'impression qu'il ne sait pas à quelle communauté appartenait Ilan Halimi. Pour citer un exemple, je dirai que je suis Corse par ma mère et que tous les hommes de ma famille, si on leur tuait un fils, je sais très bien comment ils réagiraient s'ils s'avéraient justement que le meurtrier soit Fofana, qu'il soit en Côte d'Ivoire et qu'il ne soit donc pas sûr qu'il mette les pieds en France. Oui, j'imagine. D'autant que l'on apprend que "des "individus venus de France auraient pris contact avec le régisseur de la Maca pour faire évader Youssouf Fofana", et ensuite le tuer..." et ce qui nous fait sourire c'est la suite... "ceci "afin de ternir l'image de la Côte d'Ivoire" et "mettre à mal les excellentes relations qui existent entre la Côte d'ivoire et l'Etat d'Israël". Oui, cette dernière phrase vaut son pesant d'or... car nul doute que pour venger Ilan, certaines personnes sont capables de bien des choses. Et je pense sérieusement que si elles demandaient la tête de Fofana à Gbagbo, il leur donnerait, sans hésitation, vu -justement- les excellentes relations qu'il existe entre les deux pays. La "vendetta" existe dans certains clans. Oui. C'est ainsi. Ce que je comprends mal c'est pourquoi "les individus" ont dit qu'ils voulaient le faire évader "pour le tuer". Il ne faut quand même pas oublier que la solidarité existe dans le pays de Fofana. Il est un des leurs. Alors dire qu'on veut le faire évader pour le trucider prouve, une fois de plus, le manque d'anticipation des protagonistes.

Dans tous les cas, la morgue de Fofana doit en irriter plus d'un. Et dans cette prison "courant d'air", il ne doit pas être très difficile de rentrer en contact avec lui moyennant quelques dollars. Nous supposons que les visiteurs ne vont pas arriver les mains vides. Il y aura à boire, à manger, à fumer. Et notre "cerveau ambulant" qui n'a pas plus de cervelle qu'un moineau pourrait bien faire un empoisonnement. Qu'il s'évade ou qu'il ne s'évade pas, sa vie est quand même sérieusement menacée...

Adriana Evangelizt

Publié dans Enquête criminelle

Commenter cet article