Fin de l'ultimatum des ravisseurs de Gilad Shalit

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 

Fin de l'ultimatum des ravisseurs,

le suspens continue...

 

 

Rien ne change dans le comportement d'Olmert et de son gouvernement. Croyez-vous qu'ils se mettent à la place du soldat Shalit ou même à celle de son père ? C'est le cadet de leurs soucis. Ce qui manque aux idéologues justement, c'est l'humanité et l'humanisme. Le coeur aussi bien sûr... mais à notre avis, de ce côté-là, ils sont amputés. Les idéologues suivent leur idée. Idéologue vient d'ailleurs de ce mot. On se fixe une ligne de conduite et l'on n'y déroge pas. C'est sans compter que l'Ego est primordial chez ces gens-là. Ils ont l'impression que s'ils cédaient un pouce de terrain cela signifierait qu'ils font preuve de faiblesse. Il ne leur vient pas à l'idée que cela passerait, au contraire, pour un geste généreux. L'orgueil est plus fort que tout. Moi je... moi je... moi je... la boursuflure du Moi.

Total et bénéfice, l'ultimatum des ravisseurs à expiré à 18 h heure locale palestinienne, mais les opérations israéliennes continuent. Mieux on profère des menaces du style "Le ciel leur tomberait dessus" si les activistes blessent le caporal Gilad Shalit". Au lieu de mettre de l'eau sur le feu pour tenter de l'éteindre, vous pensez bien qu'il est préférable d'y jeter de l'essence... c'est la politique des sionistes. Celle du pire. Avec bien sûr le fameux leitmotiv "Israël ne négocie pas avec les terroristes". Quand ils ont dit ça, ils ont tout dit. On connait la désinformation au sujet du mot "terroriste"... je suis moi-même fille et petite-fille de "terroriste"... toute notre enfance a été bercée par les récits de la guerre et les exploits de mes aïeux "terroristes"... le plus terrible étant l'arrière grand-père que je n'ai pas connu de son vivant et qui liquidait lui-même les collaborateurs puis les enterrait dans un de ses champs. Voyez un peu le topo quand on vous raconte ça et que vous avez dix ans... j'ouvrais de grands yeux et je disais à ma grand-mère me narrant l'histoire "C'est pas vrai !" "Et si..." me répondait-elle en hochant la tête d'un air navré, un sourire posé sur les lèvres... or, pour les allemands et les amis des allemands qui gouvernaient la France, il est clair que les résistants étaient des terroristes...

Et pourtant... je pense très sérieusement qu'Olmert pourrait faire un effort. Je pense même qu'il y pense, parfois. Voyons... essayons d'imaginer... oui, imaginons que ce soit le fils d'Olmert qui soit pris en otage. Que ferait-il ? Ah... voilà une bonne question. On peut supposer qu'il imagine cette scène. On peut. Il s'imagine être à la place du père de Gilad et là, ce qui lui sert de coeur éprouve quelques émois. Alors il réfléchit et se dit "Je vais délivrer quelques prisonniers..." puis lorsqu'il se retrouve avec le panel sioniste qui l'entoure dans son gouvernement, le Moi reprend le dessus... et c'est bien dommage qu'il ne se laisse pas aller à certains bons sentiments car nul doute qu'il en ressortirait auréolé et qu'il recevrait les hommages de tous les chefs d'Etat qui font actuellement bonne figure par devant mais qui n'en pensent pas moins.

Le suspens continue donc mais Gilad Shalit est en vie, et les résistants ne le tueront pas...

A suivre...

Adriana Evangelizt

Publié dans VISIONS SUR LE MONDE

Commenter cet article