La disparition de Nantes

Publié le par Adriana EVANGELIZT

La disparition de Nantes

Alors Sophie où est elle ? Est-elle encore vivante ? Que vois-je ? Je vois déjà les babines retroussées de mes détracteurs. Ils ricanent sournoisement. Qu'est-ce qu'elle va encore nous sortir comme sornettes ? pensent-ils. Et bien, je vais vous dire comment je vois la chose...

Dans cette histoire, il y a beaucoup de choses qui me chagrinent. Je n'ai appris la disparition de Sophie qu'en fin de matinée en y tombant dessus par hasard sur le net. Le premier article m'apprend donc que la jeune femme a disparu depuis Samedi. On est quand même mercredi. Cela fait donc quatre jours. Elle a quitté le magasin à 21 h. Apparemment, nul ne l'a vu monter dans la voiture qui a disparu du parking et que l'on a retrouvée incendiée dimanche matin à 300 mètres de l'endroit où elle l'avait garé la  veille. A 22 heures 45, son ami Régis a réussi à la joindre, lui a parlé 18 secondes, il a trouvé qu'elle lui avait parlé de "manière troublée" et lui a dit "qu'elle arriverait dans une vingtaine de minutes." Déjà, l'histoire de la voiture incendiée m'a fait tilt. Voilà une chose bien peu normale. Une voiture ne prend pas feu toute seule, il a bien fallu que quelqu'un fasse en sorte qu'elle brûle. Le tout est de savoir pourquoi "ON" a fait ça ? Pourquoi incendier une voiture vide de sa passagère ? Que voulait-ON faire croire ? Que voulait-ON cacher ? Quel est le but de ce geste ? J'ai déjà buté là, un grand moment, en imaginant la scène. Ressentant un certain malaise. D'autant que la  voiture a été incendiée à 6 h du matin et qu'un vigile a vu un homme s'enfuir en courant. Le symbole du feu étant en lui-même assez significatif. Le feu purifie. Donc il nettoie. Pour moi, ON  a voulu nettoyer la voiture de certaines traces. Que s'est-il exactement passé ?

Sur le même article j'apprends que trois personnes -deux hommes, une femme- ont été interpellées près de Lyon. On ne peut pas dire que Nantes soit à côté de Lyon. Ces personnes sont nées en ex-Yougoslavie. "Elles sont soupçonnées d'avoir utilisé la carte bleue de la jeune femme dans la nuit de samedi à dimanche."  Là, le malaise ne fait que grandir. Or, "Par ailleurs, toujours de source judiciaire, une quatrième personne, l'épouse de l'une des personnes arrêtées, a été interpellée mardi à Nantes."  Je connais bien le milieu voyou ou du moins, je l'ai bien connu. Tant dans ma vie personnelle qu'en tant que visiteuse de prisons. Car nul doute que la jeune femme a été victime de voleurs. Il y a bien évidemment plusieurs sortes de voleurs. Des castes et des catégories. On va commencer par ceux qui ont de la mentalité. Un certain sens de l'honneur. Ceux-là sont souvent des braqueurs de banque ou ceux qui font des hold-up. Ceux-là n'iront jamais s'en prendre à une femme seule dans un parking. Et encore moins incendier sa voiture. On n'a donc pas à faire là à ce que l'on peut appeler le gratin de la  voyoucratie. Loin s'en faut. Là, ce serait plutôt le genre crapule. Le fait qu'ils viennent de l'Est n'en est que plus dangereux. Les voyous de l'Est sont beaucoup plus froids et plus inhumains que les Français. On a beau dire que nous naissons tous égaux, chacun porte en soi l'héritage de son pays. Or, la vie en France est beaucoup plus chère qu'en Yougoslavie. Pour vivre, il faut de l'argent. Ceux qui veulent vivre de resquille mais qui n'ont pas le courage de braquer les banques, en sont rendus à faire des coups minables, sans états d'âme, sans foi ni loi. Ne croyez pas que je glorifie les braqueurs ou autres mais il faut bien comprendre qu'il y a des échelons. Comme dans tous les milieux.

Le second article parlant de l'affaire nous en apprend un peu plus. Parmi les trois personnes placées en garde à vue à Lyon, figure "un homme originaire de Bosnie. Il a été localisé par les enquêteurs grâce à la carte à puce du téléphone portable de Sophie qu'il avait insérée dans son propre portable. " Là, ou il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir. On voit là la mentalité. Mettre la puce de la victime dans son propre portable prouve aussi l'intelligence de l'individu. Il n'a pas pensé une seconde que la police allait le localiser. Il a dû croire que de ne pas répondre aux appels incessants ou de  couper le portable, ça ne permettrait pas de le situer. Mais s'il a la puce, c'est qu'il l'a volée aussi, bien entendu. Tout comme il a dû prendre la carte bancaire de la jeune femme puisqu'il est "soupçonné de l'avoir utilisée à trois reprises pour trois retraits d'un montant de 400 euros." Vous parlez d'un magot !  D'autre part, on apprend aussi que ce père de famille de 46 ans est sous contrôle judiciaire pour une affaire de meurs. Ce qui signifie que la prochaine fois qu'il commettrait un méfait, il tomberait obligatoirement. Or, là de surcroît, on a trouvé une arme de poing dans son véhicule. Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une arme de poing, voir ICI. Port d'arme prohibé déjà, il prend un maximum avec ses antécédents. Mais le fait qu'il possède une arme ne présage rien de bon. D'autant qu'avec applomb, "il a nié toute participation dans la disparition de la jeune femme" et affirmé qu'il avait "obtenu le téléphone de Sophie Gravaud et de sa carte bancaire "par une connaissance". Sans rire, je m'imagine flic et il me sort ça, vous imaginez bien que je vais le croire. A mon avis, les policiers ne sont pas au bout de leur peine car les voyous de l'Est justement sont des durs à cuire. Il va falloir des heures et des heures, utiliser divers stratagèmes, et au bout du compte, je suis persuadée qu'il ne dira rien. Par contre, il a été arrêté avec un couple à Lyon et sa femme est interrogée à Nantes. Des investigations ont été menées dans leur appartement -du Bosniaque et de sa femme- mais sans résultat. A-t-il parlé à sa femme ? Sait-elle quelque chose ? Ma première idée est de penser qu'elle sait que sa moitié est un voyou, qu'il fait des "affaires" pour ramener du fric à la maison mais quel genre d'affaire, c'est une autre paire de manches.

Dans tous les cas, ces individus ne m'inspirent rien de bon, le Bosniaque moins que les autres. C'est lui qui est en possession de la carte téléphonique et de la carte bancaire de Sophie à qui il a soutiré le code. On suppose qu'elle a donné tout ça sous la contrainte. On peut l'imaginer sortir du magasin à 21 h, elle se dirige vers sa voiture. Connaissait-elle le ou les agresseurs ? Etait-il entré dans la boutique ? Une boutique qui ferme tard peut inciter les marginaux -en quête d'argent- à surveiller le magasin. Peut-être ont-ils pensé à faire la caisse ??? Une surveillance s'est avérée nécessaire. Ils ont remarqué qu'une jeune femme travaillant là avait telle voiture qu'elle garait à tel parking. Peut-être ont-ils cru que c'était la patronne ? Ou peut-être quelqu'un était-il dans sa voiture lorsqu'elle y est montée ? Planqué à l'arrière. Le fait qu'on ait retrouvé l'automobile à 300 mètres pourrait le faire croire. On sait qu'à 22 h 45, son ami a réussi à la joindre après une vingtaine d'appels. Où a-t-elle passé ces presque deux heures ? En tout cas, une chose est sûre, ON l'a laissé répondre mais là déjà, elle n'était plus libre.

Je sens malheureusement qu'il s'est passé quelque chose de grave. On ne fait pas brûler la voiture de quelqu'un, on ne se trouve pas en possession de sa puce du portable ni de sa carte bancaire avec code sans lui avoir pris de force. Et sans s'en être débarrassée parce qu'elle vous a vu. Peut-on réellement garder quelqu'un prisonnier quelques jours en lui ayant tout volé et le remettre en liberté alors qu'il connait votre visage ? Ceci me semble difficilement concevable ou alors on a à faire à quelqu'un de vraiment pas net côté ciboulot. Le fait qu'on les ait retrouvés à Lyon est aussi assez surprenant. De Nantes à Lyon, il y a combien de km ? J'ai essayé de trouver la distance sur une carte, à vue d'oeil, je penche entre 5 et 600 ? Pourquoi partir si loin ? Ca aussi c'est pas net. Le Bosniaque a été arrêté avec un couple. Il est possible qu'il y ait eu deux voitures et que l'autre est planquée par là. Ou au fond d'un ravin ou d'autre chose, ai-je envie d'ajouter.

Là, je viens d'apprendre que les policiers avaient retrouvé des vêtements de la jeune femme. Un pull noir et des bottes. En plus, en bord du périphérique ouest de Nantes. Ils ont laissé ses habits là  pour égarer les recherches et ils l'ont transportée ailleurs. Entre Nantes et Lyon ??? Il faudrait que les enquêteurs demandent au couple s'ils n'ont pas une voiture. Et qu'ils la voient. Dans tous les cas, comme ils sont interrogés séparément, à un moment donné, il y en a un qui se trompera fatalement.

Ce qui est certain, vu le comportement des individus, il est fort à craindre qu'ils aient peu de scrupules et qu'ils aient commis le pire pour quelques malheureux euros. Croyez-le, on n'a pas à faire là à des gentlemen ni à des gens d'honneur. Parce qu'aller jusqu'à piquer la puce du portable prouve que tout est bon à prendre sur sa malheureuse victime. J'appelle ça des crapules et des minables. Et pardonnez ma franchise.

Adriana Evangelizt




Publié dans Enquête criminelle

Commenter cet article