L'affaire Ilan Halimi : Les zones d'ombre de la police

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 

De nombreux trous noirs dans l'enquête

 

La mère d'Ilan accuse la police sur divers points et je pense qu'elle n'a pas tort. Je dirai même qu'ils se sont conduits comme des nuls. On ne peut leur reprocher qu'un grand manque de psychologie ainsi qu'une absence totale d'anticipation sur les visées des kidnappeurs. Ils pourraient prendre exemple,  là-dessus, sur la police américaine qui fait appel à des personnes dotées de pouvoirs médiumniques et parapsychologiques. En France, on ne compte plus les ratages de la police et leur lenteur à "capter" le processus criminel quelqu'il soit. C'est même aberrant quand on y pense. Pour dire comme ils sont mâlins, les kidnappeurs se sont aperçus de leur présence dès le départ. Ce qui prouve bien que les cerveaux du gang possédaient davantage le don d'anticipation qu'eux.

Ils ont tendu des "hameçons" pour voir si la famille d'Ilan avait prévenu la police... bien que s'ils s'étaient déplacés, ils auraient pu les voir en faction devant leur habitation. "La famille a alors contacté la police, qui a placé des officiers devant leur maison" Ce qui prouve la discrétion quand on sait que celle-ci doit être de mise dans une affaire de demande de rançon. Où est la prudence ici ? On n'en voit pas trace. Aucune malice, rien. Mieux, ils se sont faits piéger comme des rats. Un ravisseur est allé dans un cybercafé mais pas dans n'importe lequel, tout était calculé. Il a passé un message, est resté branché suffisamment longtemps pour voir... et il les as vu arriver. Suffisamment longtemps à l'avance pour avoir préparé sa sortie. "Huit jours avant qu'Ilan ne soit tué", révèle Ruth, "la police a essayé d'arrêter l'un des suspects dans un cyber-café mais ils ont été incapables de l'attraper". Ca ne s'invente pas. Des éléphants dans un magasin de porcelaine. Sauf que là, une vie est en jeu, quand même... ne l'oublions pas. Le pire étant qu'ils avaient pratiquement une bonne partie de l'énigme sous la main mais qu'ils l'ont totalement ignorée.

J'ai travaillé trois ans pour un détective privé, lorsque j'avais encore ma moto, et bien je peux vous dire que rien n'était laissé au hasard. Que nous menions des enquêtes pointues, que nos investigations étaient plus que poussées et que l'on n'avait pas peur d'interroger autant de gens que possible quand cela s'avérait nécessaire. Et que l'on écoutait tout ce que l'on nous disait aussi. Or là, il semble qu'un "petit détail" leur ait échappé... "Nous leur avons dit qu'il y avait eu au moins trois tentatives d'enlèvements de jeunes Juifs", affirme Ruth, "mais ils ont insisté sur le fait que les motivations étaient purement criminelles."  J'imagine Ruth me disant ça, de suite je demande des noms, où peut on voir les personnes et j'entre en contact avec Michaël qui me raconte son histoire et me dit, à un moment donné, que "La jeune fille lui demande de la conduire à Arcueil (Val-de-Marne) devant un immeuble "bourgeois, propre, avec deux plaques de médecins" et de l'attendre, avant de revenir en prétextant n'avoir pas ses clefs et de se faire déposer à quelques km de là à Bagneux." C'est là qu'était détenu Ilan. Je suppose que suite à cette agression, Michaël a déposé plainte, qu'un procès-verbal a été établi... les recoupements ont-ils été faits ? Vu le résultat, c'est non. Parce qu'au lieu de faire le guêt devant chez Ruth c'est à Bayeux qu'ils auraient du circuler et bien se montrer là, par contre... nul doute que les ravisseurs auraient paniqué et qu'ils auraient peut-être laissé la victime là où elle se trouvait mais vivante. Tandis que là, ils n'ont pas interrogé ce témoin essentiel, ils ont perdu du temps et comble de la stupidité, ils ordonnent à la famille de ne plus répondre au téléphone et ensuite aux e-mails... "Ruth assure que la police a demandé à la famille d'arrêter de communiquer par téléphone avec les kidnappeurs pour les obliger à recourir aux e-mail. "Cinq jours avant qu'Ilan ne soit retrouvé mort, la police nous a dit 'ne répondez pas au téléphone, ne répondez pas aux messages écrits'. Nous avons eu des dizaines d'appel et nous les avons ignorés. Jeudi, ils ont retrouvé Ilan mort." Alors quand on lit ça, la question que l'on se pose est la suivante : comment ont-ils gardé le contact avec les ravisseurs ? Par l'opération du Saint-Esprit ? Car même en ayant tout mis sous écoute, si personne ne répond comment savoir quelque chose ?

Oui, dans cette affaire, il y a décidément beaucoup de zones d'ombre. Ils ont laissé de côté des témoignages essentiels pour continuer dans leur idée fixe et faire un rapprochement avec d'autres affaires qui pour moi ne sont pas l'oeuvre des mêmes personnes... "ces agissements pourraient être reliés à une entreprise d'extorsions de fonds visant des médecins généralistes parisiens début 2005. Selon Le Journal du dimanche, la bande se serait aussi illustrée en 2003-2004 en tentant de rançonner des chefs d'entreprises et des notaires des Hauts-de-Seine." Seulement, ces histoires anciennes ne sont toujours pas élucidées, alors puisqu'on a des coupables sous la main, pourquoi ne pas tout leur coller dessus, c'est plus simple.  Mais en attendant les vrais escrocs courent toujours...

Je persiste à dire que le meurtre d'Ilan n'est pas lié à l'antisémitisme mais au conflit israélo-palestinien. La preuve quand ils ont attaqué Michaël, il leur a dit de prendre les cinq cents euros qu'il avait sur lui mais ça ne les intéressait pas, c'est lui-même qui le dit...

Quant au dernier gros bobard qu'il faudrait gober... que le chef du gang serait en Côte d'Ivoire, je dis ce que j'en pense dans un autre article...

Adriana Evangelizt

Publié dans Enquête criminelle

Commenter cet article